Alliance

Alliance
 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Les différentes religions chrétiennes

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Maître-du-jeu
Dieu
Dieu
avatar

Nombre de messages : 19709
Date d'inscription : 08/05/2008

MessageSujet: Les différentes religions chrétiennes   Jeu 11 Sep - 9:55

Les trois branches principales du Christianisme sont présentes dans le jeu et constituent chacune la religion d'Etat de certains pays : Le catholicisme (principalement en Autriche, Bavière, Espagne et France, et dont le Pape en est le représentant), le protestantisme (principalement en Grande-Bretagne, en Suède, en Prusse et dans de nombreux Etats allemands) et l'orthodoxie (religion d'Etat uniquement en Russie mais présente dans des pays comme l'Empire Ottoman, la Pologne-Lituanie ou encore l'Autriche).

Mais connaissez vous vraiment tous la différence entre ces trois religions?

Différences entre les catholiques et les protestants

Nous allons commencer (en shématisant un peu car une centaine de pages ne suffirait certainement pas à apprécier la complexité de l'histoire, de l'évolution et de la liturgie de ces différentes confessions) par les différences entre catholiques et protestants nés de la Réforme qui fut amorcée dès le XVème siècle et qui fut culminante au XVIe siècle comme vous le savez certainement. La Réforme protestante était une volonté d'un retour aux sources du christianisme et aussi, par extension, un besoin de considérer la religion et la vie sociale d'une autre manière. Elle reflètait l'angoisse des âmes, par la question du salut, centrale dans la réflexion des réformateurs, qui dénonçaient la corruption de toute la société engendrée par le commerce des indulgences. Les réformateurs firent circuler la Bible en langue vulgaire en démontrant qu'elle ne faisait mention ni des saints, ni du culte de la Vierge, ni du Purgatoire. La Réforme toucha la majeure partie de l'Europe du Nord-Ouest. Les tentatives de conciliation ayant échoué, elle aboutit à une scission entre l'Église catholique romaine et les Églises protestantes. L'adoption de la Réforme avait aussi un caractère politique. C'était un moyen pour les princes d'affirmer leur indépendance face à une papauté revendiquant une théocratie universelle ou pour les populations de pouvoir se révolter face un souverain mal accepté comme en Écosse et aux Pays-Bas espagnols. La Réforme se traduisait donc au XVIème siècle par de nombreux conflits, entre l'empereur Habsbourg et les princes allemands mais aussi des guerres civiles en France, en Angleterre et en Écosse.

* Les catholiques voient en la Vierge Marie l'immaculée conception (conçue non charnellement et donc sans péché) et montée au cieux, les protestants voient en elle une femme bénie et choisie par Dieu comme mère du Messie, vierge seulement jusqu'à la naissance de Jésus.
* Les catholiques sont soumis au pape considéré comme infaillible, les prêtres n'ont pas le droit de se marier (depuis la réforme grégorienne au XIème siècle) ; les protestants ne reconnaissent pas le pape et autorisent le mariage des pasteurs.
* Les prières des catholiques sont adressées à Dieu, Marie et aux Saints, celles des protestants uniquement à Dieu.
* Les catholiques romains vénèrent les images et les reliques (depuis le concile de Nicée II en 787), les protestants rejette cela, considérant que cette vénération relève de l'idolâtrie.
* Les catholiques romains croient au purgatoire (soulagement des morts par l’argent et la prière des vivants. Dogme promulgué au concile de Florence en 1439), les protestants non.
* les catholiques romains croient à la transsubstantiation (substance du pain de l'hostie convertie en chair du Christ. Dogme promulgué lors du concile de Latran IV en 1215), les protestants non.
* Les catholiques reconnaissent 72 livres dans la Bible, plus la tradition orale qui l'accompagne. Les protestants n'en reconnaissent que 66, les livres "deutérocanoniques" promulgués canoniques lors du le Concile de Trente (XVIème siècle) étant considérés comme apocryphes ; les protestants prônent la lecture individuelle de la Bible alors que les catholiques se réfèrent plutôt aux prêtres.
* Les catholiques estiment que les fidèles sont sauvés par les Oeuvres, les protestants estiment que seule la Grâce de Dieu peut les sauver.
* Les protestants rejètent les innovations apportées à la foi catholique au cours des siècles. En cela ils sont dans la lignée de l'archevêque Claude de Turin (IXème siècle) et du mouvement Vaudois qui a suivi.

Le protestantisme est une religion complexe car il n'y a à vrai dire pas d'Eglise réformée et il existe diverses doctrines théologiques :

* Le calvinisme, connu pour les doctrines de la prédestination et de la corruption totale (les cinq points du calvinisme : la corruption totale, l'élection inconditionnelle, la rédemption particulière, la grâce irrésistible, la persévérance des saints, la nature de l'expiation)
* Le Luthéranisme (les grands axes de la théologie luthérienne : Sola Gratia (Par la grâce seule), Sola Fide (Par la foi seule), Sola Scriptura (Par l'Écriture seule), Solo Christo (Par le Christ seul)
* L'Anglicanisme, qui a peu de différences avec la religion catholique, la scission avec le Pape du roi Henri VIII d'Angleterre ayant été essentiellement motivée pour des raisons politiques. La différence majeure mais de taille est que le souverain britannique est le chef de l'Eglise sur ses terres et ne reconnaît donc nullement l'autorité du pape. L'Anglicanisme a donc longtemps hésité dans ses dogmes et sa liturgie à conserver les pratiques du catholicisme romain tout en embrassant les idées de la Réforme telles que le concevaient Luther ou Calvin (voir la doctrine classique des Trente-neuf articles). Par exemple, les églises anglicanes célèbrent deux sacrements : le baptême et l’Eucharistie, ainsi que cinq autres « petits sacrements » ou rites sacramentaux : la confirmation, le mariage, l’onction des malades, la confession et l’ordination sacerdotale. Seuls les premiers sont en effet réputés selon les anglicans avoir été établis par le Christ lui-même et témoigner de l'adhésion pleine à la religion.
* Le presbytérianisme est une forme du protestantisme liée à l'Écosse. Il apparaît pour la première fois avec Calvin à Genève et se développe par la suite au XVIème siècle en Écosse (avec John Knox), mais aussi en France (avec les huguenots) et dans les Pays-Bas espagnols. Il rejette la hiérarchisation du clergé de l'Église catholique romaine (diacre, prêtre, évêque, etc.) pour lui substituer des paliers décisionnels (du local au national). Cette forme d'organisation est censée permettre une meilleure représentation des fidèles dans la direction de l'Église. Sa raison d'être est l'idée que tous les fidèles sont prêtres (sacerdoce universel), et qu'ils sont appelés par Dieu à des ministères ecclésiastiques différents, dont celui d'Ancien (en grec : presbuteros) pour la direction matérielle et spirituelle.
* Sans compter d'autres courants non négligeables : l'Évangélisme, le Baptisme, le Méthodisme, le Pentecôtisme, etc...


Différences entre les catholiques et les orthodoxes

Les catholiques et orthodoxes sont Chrétiens et donc ils croient tous au même Dieu et en la Bible. Les différences orthodoxe et catholique sont nées officiellement du shisme de 1054 : une histoire de pouvoir politique. Alors à ce moment- là, de nombreuses différences apparaissent en ce qui concerne le rite, la spiritualité, la façon de vivre et de se comporter en tant que croyant.

Loin d'être une doctrine abstraite, la théologie orthodoxe affirme avec force que l'homme est appelé à vivre la révélation par l'intermédiaire de Jésus-Christ. L'Évangile, source et base de toute connaissance de Dieu, permet de participer à l'existence divine. Le dogme défini par les conciles n'est pas dans une connaissance circonscrite, mais il ouvre la voie à la sanctification personnelle. Dieu a créé le monde et l'homme, mais ce dernier a refusé l'amour de son créateur. Déchu, il doit reconquérir librement, par l'intermédiaire du Christ, l'amour divin. Né du Saint-Esprit et de la Vierge Marie, le Christ s'incarne pour reprendre sa création de l'intérieur. Par sa mort et sa résurrection, il anéantit les puissances infernales. En s'unissant à l'humanité, il opère une véritable re-création et rend l'homme porteur de Dieu et de son Esprit. Seul l'Esprit est donateur de vie et permet une authentique connaissance de Dieu. Par la foi, le repentir et la vie sacramentelle, l'homme peut ressentir cette présence de l'Esprit.
L'homme, ainsi restauré dans sa plénitude en Christ, devient une personne irréductible, créée à l'image et à la ressemblance de Dieu. La nature divine lui permet une union toujours plus étroite avec Dieu. La personne vit en communion avec le Christ, ce qui exclut tout salut collectif, au profit d'un salut personnel.
L'Église offre les conditions nécessaires à cet épanouissement de l'homme en Christ, communion que les saints réalisent pleinement. Composée de pécheurs, l'Église empêche, par ses sacrements, la perdition de l'homme. L'Église n'est pas seulement la hiérarchie, elle est aussi l'ensemble des baptisés. Corps mystique du Christ, elle se définit comme institution et comme lien de vie. Son unité repose sur sa connaissance juste du mystère de la Trinité et sur l'unicité de la confession de foi (orthodoxie). L'Esprit saint agit dans l'Église et lui communique la vérité, dont évêques, pasteurs et docteurs sont responsables collégialement. Successeurs des apôtres, ils président des Églises particulières et en même temps assument la responsabilité de l'Église universelle lors des conciles locaux et œcuméniques.

L'Église orthodoxe reconnaît les rites primitifs de l'Église chrétienne, les même sept sacrements que l'Église catholique romaine (baptême, confirmation, eucharistie, pénitence, sacrement des malades, mariage et ordination), ainsi que l'épiscopat et la prêtrise, interprétés à la lumière de la succession apostolique.
Le monachisme, originaire de l'Orient chrétien (Égypte, Syrie, Cappadoce), est considéré par l'Église orthodoxe comme un sacerdoce prophétique : les moines manifestent l'action du Saint-Esprit à travers leur mode de vie. La république monachiste du mont Athos en Grèce est considérée par les chrétiens orthodoxes comme un centre de vie spirituelle.

La célébration cultuelle, centrée sur l'adoration de Marie en tant que Mère de Dieu, est essentielle dans la vie orthodoxe. La tradition liturgique met également l'accent sur l'intercession des saints. Mais il existe bien des différences avec les catholiques pour qui l'adoration de Marie et l'intercession des saints revêt la même importance :


* Dogme trinitaire : Pour les catholiques, le Saint Esprit procède du Père ET du Fils alors que pour les orthodoxes, le Saint Esprit procède du Père PAR le Fils.
* L'Immaculée Conception (dogme catholique selon lequel la Vierge Marie a été conçue exempte du péché originel) est considérée par les orthodoxes comme une innovation doctrinale des catholiques qui n'est pas nécessaire à la foi. La Vierge bénéficie de la rédemption, assurée par la mort et par la résurrection du Christ.
* La discipline des Églises orientales admet le divorce, ainsi que le mariage des prêtres. Un homme peut se marier avant de devenir prêtre, mais non pas après avoir reçu le sacerdoce. Les prêtres veufs ne peuvent contracter de secondes noces. Les évêques sont choisis parmi les moines et les prêtres non mariés ou veufs.
* L’église orthodoxe suit une structure par pays avec plusieurs patriarches à leur tête alors que l’église catholique est soumise à un seul chef, le pape (d'ailleurs, les orthodoxes nient la suprême autorité du Pape). Il existe ainsi le patriarcat d’Alexandrie, le patriarcat d’Antioche et le patriarcat de Jérusalem en plus de l’Église russe (indépendante depuis 1448), de l’Église de Chypre (fondée par l'apôtre Barnabé, indépendante depuis 451).
* Les orthodoxes vivent dans une église organisée selon des canons fixés aux premiers temps du christianisme. L’église catholique ressemble plutôt à une administration, laquelle s’est souvent réformée à travers les siècles et les crises.
* L'eucharistie distribuée sous les deux espèces (pain et vin) comme dans la religion catholique. Toutefois, lors de la messe orthodoxe qui est quotidienne, la liturgie est toujours chantée et les gens restent debout ou assis mais ne s’agenouillent pas contrairement aux catholiques.
* Les catholiques font le signe de croix en commençant par le front, le torse puis les épaules avec les doigts de gauche à droite alors que les orthodoxes font le signe de croix en commençant par le front, le torse puis les épaules avec les doigts de droite à gauche. Les Orthodoxes font leur signe de croix chaque fois qu’ils passent devant une église.
* Dans les églises orthodoxes, il y a des icônes qu’on ne trouve pas chez les catholiques, lesquels ont plutôt des tableaux et des statues.
* L’Église orthodoxe baptise par immersion car c’est la tradition depuis les origines évangéliques.
Revenir en haut Aller en bas
 
Les différentes religions chrétiennes
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les différentes religions chrétiennes
» Demande d'Accés aux différentes parties du Château.
» [Didacticiel] Comment crée une cascade (4 Façon Différentes)
» [Guild Wars 2] Les différentes classes révélées par Photoshop!
» [le saviez vous ?] [7] Différentes boites européennes de la N64 grise ordinaire

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Alliance  :: Informations :: Important-
Sauter vers: