Alliance

Alliance
 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Historique

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Maître-du-jeu
Dieu
Dieu
avatar

Nombre de messages : 19709
Date d'inscription : 08/05/2008

MessageSujet: Historique   Sam 14 Fév - 16:59

La situation était tendue en Corse depuis 1729. Les habitants de l'île, sous domination génoise depuis 1284 se plaignaient des fortes taxes que leur faisaient payer la République ainsi que la supposée malhonnêteté de certains percepteurs génois qui détourneraient une part des revenus fiscaux. Des émeutes spontanées éclatèrent d'ailleurs en 1729 suite à l'incident de Bustanico, quand un lieutenant de la République génoise vint prélever la taxe des "Due Seini". De plus, les récoltes avaient été mauvaises et cela avait accru l'insécurité en raison de la disette, par des bandits isolés ou à des bandes audacieuses. Cette troisième raison avait entraîné la demande de rétablissement du port d'armes, dans un souci traditionnel en Corse d'assurer soi-même sa propre sécurité et de se faire sa propre justice. Gênes interprèta cette revendication comme un refus de payer l'impôt de deux seini.

Les premières émeutes démarrèrent en novembre 1729, dans la région du Boziu. La rébellion s'étendit par la suite à la Castagniccia, la Casinca, puis le Niolo. Saint-Florent et Algajola sont alors attaquées, Bastia mise à sac en février 1730, et en décembre de cette même année, lors de la consulte de Saint-Pancrate, la Corse élit ses généraux : Luiggi Giafferi, Andrea Ceccaldi et l'abbé Raffaelli. Hyacinthe Paoli les rejoint début 1731 et occupent la Corse du Sud.

En juin 1732, Giafferi en appelle au roi Philippe V d'Espagne et au Grand-duc de Toscane Jean-Gaston de Médicis quitte à passer sous une autre domination étrangère. Mais devant la tiédeur des deux souverains et l'isolement momentané des rebelles corses, la France et Gênes interviennent diplomatiquement. Louis XV, allié de Gênes s'oppose à toute ingérence étrangère tandis que le doge propose des avantages fiscaux au peuple corse et promet un développement économique prochain de l'île. Toutefois il désire accentuer la présence armée sur l'île ; Les deux alliés de l'Ordre éclairé y envoie chacun un régiment quand ils apprennent que l'électrice de Bavière Elisabeth-Thérèse souhaite intervenir militairement pour défendre les intérêts des insurgés corses. Elle déclare d'ailleurs la guerre à Gênes en juin 1733 puis débarque en Corse du Sud après avoir été aidée par le flotte espagnole de son époux Philippe V pour faire la traversée maritime. Giafferi est mécontent de la proposition génoise : les avantages fiscaux sont insuffisants et la présence militaire de Gênes et de la France ne sont pour lui qu'une manoeuvre pour réaffirmer l'autorité du doge sur la Corse. L'Espagne se prononçant pour une possible indépendance et la Bavière étant décidée à ne pas quitter l'île, la république génoise et le royaume de France tentent cette fois ci militairement de rétablir l'ordre dans l'île.


Dernière édition par Maître-du-jeu le Lun 9 Mar - 2:02, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Maître-du-jeu
Dieu
Dieu
avatar

Nombre de messages : 19709
Date d'inscription : 08/05/2008

MessageSujet: Bataille des Aiguilles de Bavela (novembre 1734)   Sam 14 Fév - 17:42



Bélligérants (unités engagées / unités perdues / unités restantes) :
France : 1.820 (1 régiment) / 1.597 / 223
Corse : 2.310 (1 régiment) / 1.481 / 829
Issue : Victoire corse

Le général François-Marie de Broglie a du combattre en montagne dans les aiguilles de Bavella (centre sud de la Corse) les positions des rebelles. Habitué aux combats en campagne, il lui était par contre difficile malgré son artillerie légère de canons 2,5 livres (2 bataillons) de bien pouvoir manoeuvrer. Et pour cause, il dirigeait un 13ème régiment « du Nivernais » composé de 900 cavaliers contre 800 soldats à pied. Le maréchal de camp corse Luigi Gaffieri possédait par contre seulement un bataillon de canons 4 livres et 450 cavaliers mais il disposait de 1.800 fantassins aguerris aux combats dans les montagnes. De plus, de Broglie aurait souhaité faire jonction avec le régiment génois et attaquer ensemble Bavarois et Corses une fois que ces derniers auraient rejoint leurs alliés à Ajaccio. Mais le roi Louis XV craignait de se retrouver en conflit ouvert avec la Bavière en dehors de la Corse ; il avait donc expressément ordonné à son général de n'attaquer que les rebelles tandis que les Génois s'occuperaient des troupes bavaroises. Le combat entre Corses et Français fut longtemps indécis et malgré la mort de Giaffieri pendant la bataille, cela ne suffit pas à semer le doute parmi les insurgés et à apporter la victoire à de Broglie. Le commandant français était certes talentueux mais ses troupes étaient difficilement mobiles et moins bien commandées que celles des Corses. Les cavaliers français furent taillés en pièce, même s'ils purent quand même comme fait d'armes anéantir les canons rebelles et se débarrasser des quatre cinquièmes des fusiliers cachés en embuscade et ce au prix de lourdes pertes. Toutefois, le mestre de camp Andria Collona Ceccaldi parvint grâce aux restes de trois bataillons d'infanterie à capturer 8 canons français et à faire battre en retraite la garde personnelle du duc de Broglie qui était resté jusqu'à la fin de la bataille. A peine plus de 200 français hagards se replièrent donc vers le Nord.
Revenir en haut Aller en bas
Maître-du-jeu
Dieu
Dieu
avatar

Nombre de messages : 19709
Date d'inscription : 08/05/2008

MessageSujet: Bataille de Sari d'Orcino (décembre 1734)   Lun 16 Fév - 10:51



Bélligérants (unités engagées / unités perdues / unités restantes) :
Gênes : 2.520 (1 régiment) / 2.175 / 345
Bavière: 2.520 (1 régiment) / 1.460 / 1.060
Issue : Victoire bavaroise

Victoire nette du generalmajor bavarois Théodore von Neuhoff qui avec son 1er régiment « Swabische » alla à la rencontre des génois qui faisaient route vers Ajaccio. L'affrontement eut lieu non loin du village de Sari d'Orcino dans la vallée de la Cinarca. Les deux belligérants étaient de force égale. Les troupes du 2ème régiment « Savona » du brigadier-général génois Piersanti Mazzurini disposaient d'un meilleur matériel (canons 8 livres plus lourds que ceux de son ennemi, deux fois plus de dragons et de grenadiers) mais leur commandement était inexpérimenté contrairement à celles de la Bavière, notamment avec la présence de deux capitaines. Malgré la trop grande précipitation de son bataillon de dragons qui fut anéanti, von Neuhoff ne commit aucun impair sur le champ de bataille et ne laissa à vrai dire que bien peu de chances aux Génois. Il captura 11 canons adverses et plus de 70 chevaux et laissa repartir les trois centaines de soldats génois vers le Nord.
Revenir en haut Aller en bas
Maître-du-jeu
Dieu
Dieu
avatar

Nombre de messages : 19709
Date d'inscription : 08/05/2008

MessageSujet: Bataille de Borgo (avril 1736)   Mar 24 Fév - 21:58



Bélligérants (unités engagées / unités perdues / unités restantes) :
France : 204 (1 régiment) / 172 / 32
Bavière: 1.060 (1 régiment) / 46 / 1.014
Issue : Victoire bavaroise

Le 13ème régiment français « du Nivernais » était resté en Haute Corse, ce qui avait agacé Bavarois et Corses qui avait adressé un ultimatum à Louis XV portant sur un délai maximum de départ des troupes jusqu'au 31 décembre 1735. Le generalleutnant Théodore von Neuhoff, commandant du 1er régiment bavarois « Swabische » reçut donc l'ordre d'expulser les français de force. Avec des effectifs quatre fois plus nombreux que des ennemis encore timorés de leur défaite face aux Corses et dépourvus d'artillerie, les Bavarois assurèrent une victoire aisée à Borgo au sud de Bastia. von Neuhoff conservera donc le général de Broglie et ses hommes prisonniers jusqu'à ce qu'une flotte génoise ou française viennent les récupérer pour être rapatriés.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Historique   

Revenir en haut Aller en bas
 
Historique
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» PROJET Warhammer historique : GUERRE de 100 ans
» Wargame historique : DBA
» Le 28mm historique !! maintenant c'est du plastique !!
» recherche pour avoir une armee a theme historique
» Historique, objet et esprit de ce forum

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Alliance  :: Vie Politique :: Archives :: Informations - La Gazette :: Campagne de Corse (juin 1733-avril 1736)-
Sauter vers: