Alliance

Alliance
 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Révolte en France (août 1778)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Maître-du-jeu
Dieu
Dieu
avatar

Nombre de messages : 19709
Date d'inscription : 08/05/2008

MessageSujet: Révolte en France (août 1778)   Ven 27 Mai - 10:47


A peine désigné gouverneur de la ville de Brest en août 1778, Joseph François Foullon a été pendu puis égorgé devant l'Hôtel de ville suite à une insurrection, avant d'avoir sa tête promenée au bout d'une pique.

Foullon, nommé à la gouvernance d'une des villes les plus pauvres du royaume de France aurait répondu lorsqu'on lui a fait observer que le pain devenait trop cher pour le peuple "Si le peuple n'a pas de grain, qu'il mange du foin".

Capturé après que les insurgés aient pris d'assaut l'Hôtel de ville, on le pendit donc à un réverbère place des Quatre moulins, en présence de son gendre Berthier de Sauvigny qui fut lui aussi pendu non loin de là. La corde entourant le cou de Joseph Foullon ayant cassé, on le décapita. Sa tête fut portée en triomphe avec une poignée de foin dans la bouche.

Tout au long de ce siècle, l'essor de nouvelles catégories sociales dans les villes et dans les gros bourgs est indéniable mais il est a noter de grandes disparités parmi les régions françaises, comme en Bretagne qui demeure dans une grande pauvreté. Parmi les nouvelles couches, on distingue d'une part une bourgeoisie marchande ou financière, qui profite de l’enrichissement global, et pour une fraction d'entre elles des grandes spéculations boursières sous Ferdinand Ier, des laboureurs, des paysans riches qui peuvent offrir à leurs enfants une éducation et d'autre part une bourgeoisie de fonctionnaires et d'hommes de loi qui aspire à jouer un rôle politique.

La guerre des farines avait conduit la France vers une vague d'émeutes entre avril et mai 1775 dans les parties nord, est et ouest du royaume de France. Elle faisait suite à une hausse des prix des grains et consécutivement du pain du fait de la suppression de la police des grains royale et des mauvaises récoltes des étés 1773 et 1774. Cette révolte singulière par son échelle fut réglée par un contrôle des prix du blé (avant le retour de l'abondance) et l'intervention de la troupe. À travers la révolte frumentaire de l'Ancien Régime, se manifestait une crise sociale et politique. Ainsi, ces événements peuvent se lire comme une réaction envers l'édit du contrôleur général des finances Emmanuel Macron d'Amiens, qui avait établi la libéralisation du commerce des grains le 13 septembre 1774 : en effet, cette libéralisation apparaît comme contraire à l'« économie morale », rupture par rapport au principe qui exige du roi de veiller à la sécurité de ses sujets et à leur approvisionnement en denrées.

A cela se greffe une opposition vive d'origine anti-fiscale menée par une partie de la petite noblesse bretonne dirigée par le marquis Loïc de Pontcallec. De grands commandants français comme le Maréchal Charles-Louis-Auguste Fouquet, duc de Belle-Isle, commandant en chef du 10ème régiment « de Paris » alors en garnison à Brest rejoignent le mouvement, critiquant ouvertement les choix stratégiques de Ferdinand Ier dans sa guerre contre la Bavière et les Cantons Suisses. S'estimant injustement pressurés, les États de Bretagne assemblés à Saint-Brieuc refusent d'accorder de nouveaux crédits au pouvoir royal pour financer la guerre. Cette fronde est d'abord ignorée, en raison de la valse des portefeuilles qui s'opère alors : Macron d'Amiens, contrôleur des Finances est limogé tandis que l'amiral de Quercy, bailli de Brest, est remplacé en août 1778 par Joseph François Foullon qui prend le titre de gouverneur. Arrivé à Brest pour prendre possession de sa province, ce dernier commet un premier impair : il consent tout juste à passer la tête par la portière de sa voiture, alors que plus de 300 gentilshommes sont venus l'accueillir. En outre, il se lie rapidement avec Jean-Marc Ayrault-Maulévrier, trésorier des États, détesté de la noblesse bretonne.

La bourgeoisie et la noblesse sont déçues : pour l’instant, rien n’est sorti des négociations avec le roi et elles ont peur pour la survie de l’assemblée des Etats de Bretagne. Le peuple, lui, craint que les troupes ne coupent les routes du ravitaillement des Brestois alors que, à la suite des guerres des farines et des mauvaises récoltes de 1777, le prix du pain est au plus haut. Début juillet, des émeutes éclatent aux barrières d’octroi. Le roi renvoie ses ministres jugés trop libéraux, parmi lesquels Macron d'Amiens, contrôleur des Finances, renvoyé le 11 juillet. Mais cela reste insuffisant pour Loïc de Pontcallec qui accuse le roi de tenter de gagner du temps. Ferdinand Ier nomme alors Joseph François Foullon gouverneur de Brest le 8 août. La nomination de cet homme hautain et autoritaire est vue comme un raidissement de la politique royale à l'égard du peuple breton si l'on en juge par ces quelques mots peu compatissants : « S'ils ont faim qu'ils broutent de l'herbe ». Les réserves de grains des couvents sont alors pillées, l'Hôtel de ville pris d'assaut et Foullon capturé puis exécuté sommairement. Une milice bourgeoise est formée par Loïc de Pontcallec tandis que le Maréchal de Belle-Isle entre triomphalement dans Rennes avec son 10ème régiment.

Ailleurs en France, notamment dans le Nord-Ouest, la Champagne et quelques régions du Sud-Ouest également touchées par la pauvreté, la famine et la pressurisation fiscale, l'insurrection bretonne suscite un mouvement de sympathie.


Dernière édition par Maître-du-jeu le Mer 1 Juin - 19:47, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
France
Prince
Prince
avatar

Nombre de messages : 1817
Age : 25
Date d'inscription : 08/05/2008

MessageSujet: Re: Révolte en France (août 1778)   Ven 27 Mai - 14:30

Je suis entouré d'une véritable bande d'incapables! un ministre des finances Macron qui endette encore plus, l'Education sous les bureaux de la ministre Vagina Békassine et j'en passe! L'incompétence des grands de France qui m'entourent, est insupportable.

Nous allons achever cette guerre contre l'électrice de Bavière et son sous-fifre corse dans les plus brefs délais.
Le gouvernement de France ne cèdera pas aux caprices de quelques dégénérés, nous allons accélérer l'austérité s'il faut! Toutes les incivilités seront lourdement punis.

_________________
Ferdinand Ier, roi de France
Revenir en haut Aller en bas
Maître-du-jeu
Dieu
Dieu
avatar

Nombre de messages : 19709
Date d'inscription : 08/05/2008

MessageSujet: Septembre 1778   Sam 28 Mai - 13:52

septembre 1778 : Le roi Ferdinand Ier, excédé, renvoie sa ministre de l'instruction et de la recherche Nadège Vagineaud-Bécassine et la remplace par Marisol Reveyrand-de Menthon, comtesse de Touraine tandis que Michel Sapin, comte de Guirlandes et d'Héboules, est nommé comme successeur de Macron à l'économie et aux finances.
Néanmoins le roi conserve le Maréchal Claude Guillaume Testu, marquis de Balincourt comme chef d'Etat-major de l'armée royale et l'envoie en personne mater la rébellion bretonne, ce qui ne fait qu'exacerber les tensions.
Le Maréchal de Belle-Isle après avoir recruté des hommes dans la région de Rennes, part à Nantes mais à défaut d'être reçu par la gouverneure Marie-Thérèse Rodet Geoffrin, alitée et frappée d'hémiplégie, il rallie le 14ème régiment « de Saintonge » à la rebellion et y nomme le colonel-général Armand-Louis de Sérent comme commandant en chef avec le grade de brigadier-général.
Dans le sud de la France, la révolte fait des émules. La région de Toulouse connaît une certaine agitation avec la révolte de Philippe de Montesquiou-Fézensac dans le Gers tandis que Perpignan alors sans gouverneur nomme un bailli, le colonel-général Jean Alexandre Durand de La Roque pour diriger la ville mais aussi le 7ème régiment « du Médoc » suite à la mise à la retraite forcée du Lieutenant-général Louis François Armand de Vignerot du Plessis, duc de Richelieu.
Revenir en haut Aller en bas
Maître-du-jeu
Dieu
Dieu
avatar

Nombre de messages : 19709
Date d'inscription : 08/05/2008

MessageSujet: Bataille de Châteaubriand (décembre 1778)   Dim 29 Mai - 19:55

décembre 1778 : bataille indécise à Châteaubriand : le 10ème régiment rebelle « de Brest » part intercepter la 1ère brigade royale « de Champagne » du Maréchal Claude Guillaume Testu, marquis de Balincourt qui se dirige vers la Bretagne. Les rebelles du Maréchal Charles-Louis-Auguste Fouquet, duc de Belle-Isle ont l'avantage du terrain mais ils sont vaincus tactiquement et doivent battre en retraite vers la Vendée. Ceoendant les français n'exploitent pas leur victoire en continuant leur route vers Brest : affaiblis, ils se retirent vers Alençon. Stratégiquement c'est donc une victoire pour les rebelles qui ont su couper la route vers la Bretagne aux troupes royales.

Bélligérants (unités engagées / unités perdues / unités restantes) :
Français : 4.618 (1 brigade) / 2.848 / 1.770
Rebelles bretons : 4.437 (1 régiment) / 3.304 / 1.133
Issue : Indécise
Revenir en haut Aller en bas
Maître-du-jeu
Dieu
Dieu
avatar

Nombre de messages : 19709
Date d'inscription : 08/05/2008

MessageSujet: Bataille de Colomiers (février 1779)   Lun 30 Mai - 15:02

février 1779 : bataille de Colomiers. Le 4ème régiment royal « de Chartres » est vaincu et fait prisonnier par le 2ème régiment rebelle occitan « du Gers » alors commandé par le colonel-général (promu brigadier-général) Philippe de Montesquiou-Fézensac. Le Général français Louis Antoine de Gontaut, duc de Biron est tué pendant la bataille. Les rebelles investissent la ville de Toulouse.

Bélligérants (unités engagées / unités perdues / unités restantes) :
Français : 3.240 (1 régiment) / 2.683 / 557
Rebelles occitans : 2.997 (1 régiment) / 1.914 / 1.083
Issue : Victoire rebelle
Revenir en haut Aller en bas
Maître-du-jeu
Dieu
Dieu
avatar

Nombre de messages : 19709
Date d'inscription : 08/05/2008

MessageSujet: Bataille de Perpignan (juin 1779)   Mer 1 Juin - 18:41

juin 1779 : bataille de Perpignan. La 2ème brigade « de Picardie » du Maréchal de Saxe reprend la ville aux rebelles. Le 7ème régiment occitan « du Médoc » est sévèrement vaincu et fait prisonnier tout comme son commandant Colonel-général Jean Alexandre Durand de La Roque, également bailli autoproclamé de la cité.

Bélligérants (unités engagées / unités perdues / unités restantes) :
Français : 3.654 (1 régiment) / 1.647 / 2.007
Rebelles occitans : 4.248 (1 régiment) / 2.982 / 1.266
Issue : Victoire française
Revenir en haut Aller en bas
Maître-du-jeu
Dieu
Dieu
avatar

Nombre de messages : 19709
Date d'inscription : 08/05/2008

MessageSujet: Bataille de Vendée (août 1779)   Ven 3 Juin - 10:14

juin 1779 : bataille de Vendée. Les rebelles bretons du 10ème régiment « de Brest », inférieurs numériquement malgré le recrutement en six mois de plus de 1.100 hommes (soit un doublement des effectifs), avaient l'avantage du terrain grâce à leur commandant le Maréchal Charles-Louis-Auguste Fouquet, duc de Belle-Isle, spécialiste de batailles défensives en campagne. Pourtant ce fut une véritable déroute pour les rebelles, attaqués par surprise par le maréchal de camp Claude-Alexandre de Villeneuve, comte de Vence qui avait appris leur halte aux Sables d'Olonne. Ce dernier voulait leur rendre impossible toute retraite en cas de victoire et donc faire prisonnier tous les rebelles vaincus. A la tête du 1er régiment « du Bourbonnais », essentiellement composé de mercenaires, infanteries régulières et dragons mais dépourvu d'artillerie, il parvint malgré le sacrifice de l'essentiel de ses troupes montées (840 cavaliers sur 1.080 périrent) à pousser vers l'océan le contingent breton qui n'était réduit qu'à moins de 500 hommes dont certains fuirent vers la mer et se noyèrent. Encerclé de toute part, le Maréchal de Belle-Isle se constitua donc prisonnier avec le reste de ses troupes.

Bélligérants (unités engagées / unités perdues / unités restantes) :
Français : 3.960 (1 régiment) / 1.413 / 2.547
Rebelles bretons : 2.259 (1 régiment) / 1.767 / 492
Issue : Victoire française
Revenir en haut Aller en bas
France
Prince
Prince
avatar

Nombre de messages : 1817
Age : 25
Date d'inscription : 08/05/2008

MessageSujet: Re: Révolte en France (août 1778)   Ven 3 Juin - 11:05

Difficile à croire mais pourtant c'est vrai, les Français sont bons quand ils travaillent pour des étrangers (exemple pour le Piémont-Sardaigne) et quand il s'agit de mettre fin à des grèves! (les rebelles)
Par contre les français sont mauvais pour travailler pour leur propre pays (les ministres, l'administration et l'économie restent à la ramasse) et mauvais quand ils s'agit de concurrencer les germaniques. Etrange parallèle avec le futur.

_________________
Ferdinand Ier, roi de France
Revenir en haut Aller en bas
Portugal
Marquis
Marquis
avatar

Nombre de messages : 261
Date d'inscription : 08/05/2008

MessageSujet: Re: Révolte en France (août 1778)   Dim 5 Juin - 12:00

Aucun français n'est venu s'installer chez moi par contre...Mais ne faites pas grise mine vous voyez bien que la roue tourne contre ces rebelles, vous êtes en train de renverser la situation!
Revenir en haut Aller en bas
Maître-du-jeu
Dieu
Dieu
avatar

Nombre de messages : 19709
Date d'inscription : 08/05/2008

MessageSujet: Re: Révolte en France (août 1778)   Mer 8 Juin - 21:46

juin 1780 : bataille de Fougères. Le Colonel-général rebelle Louis Joseph Marie Rogon de Carcaradec, à la tête du 3ème régiment breton « de Morbihan » bat les troupes françaises royales du 16ème régiment « d'Anjou » commandées par le Lieutenant-général Christian-Frédéric-Dagobert de Waldner de Freundstein à Fougères alors que ces dernières se dirigeaient vers la Bretagne.

Bélligérants (unités engagées / unités perdues / unités restantes) :
Rebelles bretons : 2.223 (1 régiment) / 1.130 / 1.093
Français : 2.757 (1 régiment) / 1.947 / 810
Issue : Victoire rebelle
Revenir en haut Aller en bas
Maître-du-jeu
Dieu
Dieu
avatar

Nombre de messages : 19709
Date d'inscription : 08/05/2008

MessageSujet: Re: Révolte en France (août 1778)   Jeu 9 Juin - 13:32

juillet 1780 : prise de Toulouse. Malgré une résistance féroce, les rebelles ont perdu la ville de Toulouse qu'ils occupaient depuis février 1779. La 2ème brigade royale « de Picardie » commandée par le Maréchal de Saxe est venue à bout d'occitans certes vaillants mais deux fois moins nombreux. Le Brigadier-général Philippe de Montesquiou-Fézensac et les 800 hommes restants de son régiment furent faits prisonniers. Avec la reprise en main de la ville de Toulouse, le foyer de révolte qui animait l'Occitanie depuis septembre 1778 est désormais éteint.

Bélligérants (unités engagées / unités perdues / unités restantes) :
Français : 5.922 (1 brigade) / 1.215 / 4.707
Rebelles occitans : 2.619 (1 régiment) / 1.797 / 822
Issue : Victoire française
Revenir en haut Aller en bas
France
Prince
Prince
avatar

Nombre de messages : 1817
Age : 25
Date d'inscription : 08/05/2008

MessageSujet: Re: Révolte en France (août 1778)   Jeu 9 Juin - 20:02

Les rebelles occitans sont neutralisés, nous pouvons nous réjouir que le sud de la France occitan n'aie pas besoin de se chercher un nom de région!
Maurice de Saxe et ses hommes se sont bien battus le maréchal peut amplement prendre sa retraite.

_________________
Ferdinand Ier, roi de France
Revenir en haut Aller en bas
Maître-du-jeu
Dieu
Dieu
avatar

Nombre de messages : 19709
Date d'inscription : 08/05/2008

MessageSujet: Re: Révolte en France (août 1778)   Ven 10 Juin - 13:48

juillet 1780 : bataille de Caen. Le 3ème régiment rebelle breton « de Morbihan » était entré dans la ville normande pour recruter des troupes quand il a été attaqué par la 1ère ARMEE « DU ROI » commandée par le Maréchal Ladislas Ignace de Bercheny. Mais l'armée royale qui comptait déjà des effectifs entamés ne put disposer réellement que d'un peu moins de 2.000 hommes sur ses 2.800. Aussi 800 hommes furent postés en réserve. Mais le brigadier général rebelle Louis Joseph Marie Rogon de Carcaradec, à la tête d'un régiment de 2.400 combattants, fit une réelle démonstration aux troupes françaises en exploitant les erreurs tactiques ennemies. Ainsi, son unique bataillon de cavaliers légers réduisit à néant les trois bataillons d'artillerie française tandis que son infanterie bloqua toute tentative de renfort vers la cavalerie française qui se faisait décimer par les dragons et fusiliers bretons postés en embuscade. Quelques chevau-légers royaux purent toutefois détruite une batterie de 9 canons 8 livres. Le gros des troupes françaises subissait un feu intense des soldats rebelles et bien que le rapport de force se serait équilibré avec l'arrivée des hommes de réserve, Bercheny n'eut pas d'autre choix étant donné les pertes qu'il subissait que de battre en retraite vers le sud.

Bélligérants (unités engagées / unités perdues / unités restantes) :
Français : 2.859 (1 armée) / 1.509 / 1.350
Rebelles bretons : 2.403 (1 régiment) / 1.077 / 1.326
Issue : Victoire rebelle
Revenir en haut Aller en bas
France
Prince
Prince
avatar

Nombre de messages : 1817
Age : 25
Date d'inscription : 08/05/2008

MessageSujet: Re: Révolte en France (août 1778)   Ven 10 Juin - 21:04

Je dois dire que j'hésite à continuer le tir aux pigeons ou pas car c'est amusant. Je vais épargner la destruction de la ville de Nantes car la pluviométrie n'y est pas catastrophique, par contre j'ordonne le rasage intégral de la ville de Brest!
Ce n'est pas une ville jolie à vivre et c'est le centre de la rébellion. Je préfère les crêpes sucrées que salées!

_________________
Ferdinand Ier, roi de France
Revenir en haut Aller en bas
Maître-du-jeu
Dieu
Dieu
avatar

Nombre de messages : 19709
Date d'inscription : 08/05/2008

MessageSujet: Re: Révolte en France (août 1778)   Dim 12 Juin - 13:55



octobre 1780 : bataille de Nantes. Le Lieutenant-Général Claude-Alexandre de Villeneuve, comte de Vence, commandant en chef du 1er régiment « du Bourbonnais » a pu se rendre maître de la ville de Nantes après un combat bien rude dans les rues de la capitale bretonne contre les rebelles bretons du Colonel-général Armand-Louis de Sérent. Ce dernier disposait d'à peine plus de troupes que celles du roi mais les bombardements constants de la flotte française depuis des mois avaient quelque peu réduit leurs effectifs et entraîné chez les soldats beaucoup de fatigue et de lassitude. Ce sont donc cinq cents rebelles hagards qui se sont finalement rendus aux troupes royales au fur et à mesure que ces dernières se rendaient maîtresses de plusieurs quartiers de la ville.

Bélligérants (unités engagées / unités perdues / unités restantes) :
Français : 2.547 (1 régiment) / 1.910 / 637
Rebelles bretons : 2.880 (1 régiment) / 2.313 / 567
Issue : Victoire française
Revenir en haut Aller en bas
France
Prince
Prince
avatar

Nombre de messages : 1817
Age : 25
Date d'inscription : 08/05/2008

MessageSujet: Re: Révolte en France (août 1778)   Lun 13 Juin - 22:43

Je propose la paix aux Bretons:
je leur cède la ville de Brest que j'arrêterai de bombarder, tous les prisonniers ainsi que toutes les principautés de la pointe bretonne c'est à dire Morlaix, St Brieuc, St Malo, Rennes, Redon, Ploermel, Vannes, Lorient, Quimper.

Il s'agit d'une proposition à prendre ou à laisser!
Par contre, il n'y en aura pas une deuxième car elle signifie que le royaume de France reconnait légitime le peuple breton.

_________________
Ferdinand Ier, roi de France
Revenir en haut Aller en bas
Rebelle
Chevalier
Chevalier
avatar

Nombre de messages : 15
Date d'inscription : 12/09/2014

MessageSujet: Re: Révolte en France (août 1778)   Jeu 16 Juin - 11:10

Inquiets du sort du Colonel-général Armand-Louis de Sérent, du Maréchal Charles-Louis-Auguste Fouquet, duc de Belle-Isle et de leurs hommes retenus prisonniers nous avons décidé d'accepter votre proposition, Roi de France!
En effet s'ils sont considérés comme rebelles ils ne bénéficient pas du statut de prisonniers de guerre et leur vie est bien trop en danger pour que nous n'en tenions pas compte. Nous considérons de plus que nous avons atteint notre objectif, celui d'acquérir l'indépendance de la Bretagne, même si malheureusement la ville de Nantes n'y sera pas rattaché et que la ville de Brest est en ruines.

Je ne demande donc que l'amnistie pour les prisonniers bretons et (ou) au service de la Bretagne.

J'attends vos plénipotentiaires à Redon pour établir cette paix (à poster dans Traités de Paix sous le titre "Paix de Redon" par la France)

Loïc de Pontcallec
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Révolte en France (août 1778)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Révolte en France (août 1778)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Recherche] Volte-face
» Problème dans "La volte-face des soeurs"
» Breizh - 08.VI.1459 - C - TOP ( Révolte )
» [Rednaxela - TOP Tentative de révolte] [Terminé]
» Vandalisme en ville et appel à la révolte.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Alliance  :: Vie Politique :: Archives :: Informations - La Gazette-
Sauter vers: