Alliance

Alliance
 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Historique

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Maître-du-jeu
Dieu
Dieu
avatar

Nombre de messages : 19709
Date d'inscription : 08/05/2008

MessageSujet: Historique   Mer 27 Nov - 16:13

Pour des raisons qui restent encore obscures, Charles XII de Suède, après avoir traversé l'immense territoire de son voisin russe, a lancé ce mois-ci une attaque furtive sur le territoire ottoman de la Transnistrie pour couper la route de deux armées turques qui partaient de la ville de Sébastopol pour se rendre dans les Balkans.
Le roi de Suède, aujourd'hui à la tête de l'une des plus grandes armées européennes, risque bien d'être prochainement sollicité par les différents monarques du continent afin qu'il s'explique sur ce geste qui pourrait précipiter bon nombre d'entre eux vers un conflit destructeur.
Revenir en haut Aller en bas
Maître-du-jeu
Dieu
Dieu
avatar

Nombre de messages : 19709
Date d'inscription : 08/05/2008

MessageSujet: Bataille de Tiraspol (mars 1708)   Mer 27 Nov - 16:31



Bélligérants (unités engagées / unités perdues / unités restantes) :
Suède : 6.942 (3 régiments) / 2.041 / 4.901
Empire Ottoman : 5.622 (2 régiments) / 5.092 / 530 (prisonniers)
Issue : Victoire suédoise

Les suédois ont infligé une défaite cinglante aux ottomans. La supériorité numérique, à l'avantage des suédois n'est pas si grande : la Suède avait certes trois régiments mais le nombre d'hommes par bataillon était légèrement plus important côté turc qui alignait deux régiments. De plus, un régiment suédois était resté en réserve et a peu combattu lors de cette bataille qui eu lieu près de la ville de Tiraspol en Transnistrie. C'est par un effet de surprise et une meilleure mobilité que les suédois ont remporté cette bataille, ne laissant aucune chance à un adversaire qui n'avait pas eu le temps de placer tous ses canons. L'affrontement fut une véritable boucherie de plus de 9.000 morts. Axel de la Gardie, commandant en chef des troupes suédoises, parvint à encercler le reste de l'armée ottomane, bien que blessé au bras. Les 530 résistants turcs, se retrouvant encerclés, n'eurent d'autre choix que de se rendre, y compris leurs deux commandants d'armée.


Dernière édition par Maître-du-jeu le Mer 31 Déc - 9:02, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Maître-du-jeu
Dieu
Dieu
avatar

Nombre de messages : 19709
Date d'inscription : 08/05/2008

MessageSujet: Bataille de Millerovo (mai 1708)   Ven 29 Nov - 12:12



Bélligérants (unités engagées / unités perdues / unités restantes) :
Suède : 2.570 (1 régiment) / 1.300 / 1.270
Cosaques : 2.800 (1 régiment) / 2.160 / 640 (en fuite)
Issue : Victoire suédoise

Victoire serrée des suédois contre les cosaques de Conrad Boulavine en révolte contre le tsar de Russie qui ont su sans aucune artillerie tenir la dragée haute au 8ème régiment du generaloberst Carl Breitholtz dans l'Atamanat des Cosaques du Don. Les 1.200 cavaliers cosaques ont pu neutraliser les 10 canons 6 livres suédois au début de la bataille mais au prix d'immenses pertes tandis que l'infanterie rebelle tenait le choc contre les indeltas suédois. Mais les charges de trabants eurent raison de la bravoure des soldats cosaques tandis que Boulavine et sa cavalerie, trop éprouvée, préféra battre en retraite. La victoire était quasi assurée pour les suédois et les soldats cosaques étaient prêts à se rendre ; pourtant Breitholtz fut tué alors qu'il était à la tête de son infanterie. Jeunes et inexpérimentés mais néanmoins vindicatifs, les sous-officiers suédois ordonnèrent de ne laisser aucun prisonnier. Un véritable carnage eu lieu, provoquant la fuite des quelques centaines de survivants cosaques. Cette victoire, si elle semble soulager le tsar Pierre le Grand, risque fort d'être vue par la population russe comme une ingérence étrangère dans les affaires intérieures du pays.


Dernière édition par Maître-du-jeu le Mer 31 Déc - 9:04, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Maître-du-jeu
Dieu
Dieu
avatar

Nombre de messages : 19709
Date d'inscription : 08/05/2008

MessageSujet: Bataille de Funfkirchen (mai 1708)   Ven 29 Nov - 21:51



Bélligérants (unités engagées / unités perdues / unités restantes) :
Hongrois : 1.500 (5 bataillons) / 890 / 610
Autrichiens : 800 (2 batailons) / 590 / 210 (prisonniers)
Issue : Victoire hongroise

Cinq bataillons de rebelles hongrois commandé par le capitaine Gregor Szabo ont profité de leur supériorité numérique pour attaquer dans la province de Mohatsch un bataillon d'infanterie italienne et un autre autrichien servant l'empereur Joseph Ier. Malgré leur victoire, les rebelles ont subi bien plus de pertes que leurs ennemis. Côté autrichien, l'unterleutnant Teodor von Seiller a été tué tandis que le major italien Leander Anguissola a été fait prisonnier.


Dernière édition par Maître-du-jeu le Mar 30 Déc - 21:39, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Maître-du-jeu
Dieu
Dieu
avatar

Nombre de messages : 19709
Date d'inscription : 08/05/2008

MessageSujet: Prise de Arad (juin 1708)   Sam 30 Nov - 14:29



Les hongrois de François II Rakoczy ont pris leur première cité ennemie et ce sans combattre. En effet, la ville de Arad située en Transylvanie avait été laissée sans garnison par les Autrichiens, une aubaine pour l'expérimenté leader de la rebellion anti-Habsbourg et brigadier-général. A la tête de ses hommes, il est entré dans cité d'Arad mais il semblerait qu'il n'ai ordonné aucun ordre de pillage ou de massacre dans la ville.
Revenir en haut Aller en bas
Maître-du-jeu
Dieu
Dieu
avatar

Nombre de messages : 19709
Date d'inscription : 08/05/2008

MessageSujet: Prise de Rostov (juin 1708)   Sam 30 Nov - 18:42

Les cosaques du Don, emmenés par Conrad Boulavine, ont pu après leur défaite face aux suédois de Breithotz se replier vers le sud et s'emparer de la cité russe dégarnie de Rostov sur le Don, près de la mer Noire, une victoire qui va sûrement leur remonter le moral après leur revers.


Dernière édition par Maître-du-jeu le Mar 30 Déc - 21:39, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Maître-du-jeu
Dieu
Dieu
avatar

Nombre de messages : 19709
Date d'inscription : 08/05/2008

MessageSujet: Bataille de Tyrnau (juillet 1708)   Lun 2 Déc - 1:14



Bélligérants (unités engagées / unités perdues / unités restantes) :
Autrichiens : 2.350 (1 régiment) / 490 / 210
Hongrois : 670 (7 bataillons) / 648 / 22 (prisonniers)
Issue : Victoire autrichienne

Les cinq bataillon de rebelles hongrois du capitaine Gregor Szabo qui avaient triomphé récemment à Millerovo se dirigèrent vers Presbourg mais pour assiéger la ville, ils avaient grand besoin de deux bataillons d'artillerie que leur avait envoyé François II Rakoczy. Ces dernières firent leur jonction avec les troupes de Szabo à Tyrnau au nord-est de Presbourg, peu de temps avant l'attaque du 4ème régiment autrichien qui avait pour but d'empêcher une éventuelle prise de la capitale hongroise par les rebelles. Malgré une absence de canons dans l'armée impériale, le generaloberst Sigbert Heister parvint grâce à de redoutables infanteries d'élite et de guérilla à infliger de lourdes pertes aux hongrois. Trois bataillon entiers de rebelles furent ainsi annihilés, quatre sous-officiers tués dont le capitaine Szabo, numéro deux de la révolte hongroise, tandis que 22 soldats, trois commandants ainsi que 20 canons de 9 livres qu'ils possédaient furent pris.


Dernière édition par Maître-du-jeu le Mer 31 Déc - 9:06, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Maître-du-jeu
Dieu
Dieu
avatar

Nombre de messages : 19709
Date d'inscription : 08/05/2008

MessageSujet: Prise de Sébastopol (juillet 1708)   Lun 2 Déc - 14:21



Bélligérants (unités engagées / unités perdues / unités restantes) :
Russes : 2.160 (1 régiment) / 440 / 1.720
Ottomans : 550 (2 bataillons) / 510 / 40 (prisonniers)
Issue : Victoire russe

La résistance héroïque des turcs de Sébastopol n'a pas eu raison d'un ennemi cinq fois plus nombreux. L'infanterie ottomane n'a pas été suffisamment nombreuse pour à la fois faire fonctionne les canons disposés tous le long des fortifications et garder les portes de la ville. Les piquiers russes furent les premiers à se lancer à l'assaut des remparts tandis que les obusiers déchargeaient leurs boulets. Les pertes furent néanmoins grandes parmi les assaillants, du moins au début de l'assaut. Une fois deux brèches ouvertes, la cavalerie ottomane ne put contenir le déferlement des cuirassiers russes qui massacrèrent presque toute la garnison restante. 40 soldats turcs seulement furent faits prisonniers.


Dernière édition par Maître-du-jeu le Mer 31 Déc - 9:07, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Maître-du-jeu
Dieu
Dieu
avatar

Nombre de messages : 19709
Date d'inscription : 08/05/2008

MessageSujet: Prise de Arad (juillet 1708)   Mar 3 Déc - 0:07



Bélligérants (unités engagées / unités perdues / unités restantes) :
Autrichiens : 4.940 (2 régiments) / 2.360 / 2.580
Hongrois : 3.100 (1 régiment) / 2.680 / 420 (prisonniers)
Issue : Victoire autrichienne

5.000 morts. Ce fut le bilan humain de la meurtrière prise de Arad en Transylvanie, une ville sur laquelle François II Rakoczy et son armée rebelle hongroise avait fait main basse. Les rebelles, très nombreux en infanteries, purent utiliser efficacement les canons des remparts de la cité. Le generaloberst Janos V Palffy, commandant hongrois au service de l'empereur autrichien lança le 5ème régiment à l'assaut de la ville, laissant le 8ème régiment en réserve, tandis que leurs 40 canons pilonnaient la cité. Ce fut un combat long de plusieurs jours et très éprouvant des deux côtés. Le 8ème régiment dut venir en renfort afin de pénétrer dans la ville par une brèche ouverte. Au terme d'un combat final dans la cité, les autrichiens sortirent épuisés mais victorieux. François II Rakoczy avait été tué pendant les affrontements et les 420 rebelles restants furent faits prisonniers.


Dernière édition par Maître-du-jeu le Mer 31 Déc - 9:09, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Maître-du-jeu
Dieu
Dieu
avatar

Nombre de messages : 19709
Date d'inscription : 08/05/2008

MessageSujet: Seconde prise de Rostov (août 1708)   Mer 4 Déc - 9:07



Bélligérants (unités engagées / unités perdues / unités restantes) :
Russes : 5.410 (2 régiments) / 320 / 5.090
Cosaques : 640 (1 régiment) / 640 / 0
Issue : Victoire russe

Les 640 cosaques de Boulavine n'avaient que de rares chances de conserver la ville de Rostov durablement. En effet, deux régiments russes les délogèrent sans aucune difficulté. Les troupes russes allèrent même jusqu'à décider de ne faire aucun prisonnier. Aucun cosaque ne survécu, et la tête de Conrad Boulavine fut placée sur une pique au milieu de la place publique de la ville afin de dissuader tout nouveau soulèvement dans le futur.


Dernière édition par Maître-du-jeu le Mer 31 Déc - 9:11, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Maître-du-jeu
Dieu
Dieu
avatar

Nombre de messages : 19709
Date d'inscription : 08/05/2008

MessageSujet: Bataille de Slobozia (août 1708)   Mer 4 Déc - 16:52



Bélligérants (unités engagées / unités perdues / unités restantes) :
Autrichiens : 6.460 (3 régiments) / 2.130 / 4.330
Russes : 7.470 (3 régiments) / 2.570 / 4.900
------------------------------------------------------------
Ottomans : 5.340 (2 régiments) / 4.740 / 600
Issue : Victoire autrichienne et russe

Résistance héroïque là aussi des Ottomans face à un groupe de six régiments austro-russes. Toutefois, malgré une infériorité numérique évidente des turcs, les troupes d'élite et le commandement de qualité du 3ème régiment ottoman du kaymakam Kabakulak Ibrahim Pacha a posé bien des problèmes aux ennemis russes comme la destruction de l'artillerie du 2ème régiment et la perte de nombreux cavaliers russes. Mihai Racovita, commandant du 6ème régiment ottoman affronta quant à lui un ennemi autrichien qu'il avait combattu par le passé. Mais les deux régiments ottomanes cédèrent face à une telle vague d'assaillants : Kabakulak Ibrahim Pacha fut tué et alors que Racovita sonna la retraite, un groupe de Akinçis turcs pour la couvrir affronta le vieux generaloberst autrichien Ludwig von Herbeville, 73 ans, qui périt sous leurs coups de sabre. La victoire était surtout celle de Jean-Henri Bürkli, commandant en chef du 1èr régiment autrichien qui ne subit que très peu de pertes dans ses rangs et qui avait organisé toute la stratégie autrichienne.


Dernière édition par Maître-du-jeu le Mer 31 Déc - 9:15, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Maître-du-jeu
Dieu
Dieu
avatar

Nombre de messages : 19709
Date d'inscription : 08/05/2008

MessageSujet: Siège de Istanbul (septembre 1708)   Jeu 5 Déc - 0:38



Bélligérants (unités engagées / unités perdues / unités restantes) :
Suède : 5.171 (3 régiments) / 3.521 / 1.650
Empire Ottoman : 2.830 (1 régiment + 4 bataillons) / 2.120 / 710
Issue : Victoire ottomane

C'est avec des effectifs assez réduits malgré une formation en trois régiments que la Suède engagea à la fin de l'été un siège sur la capitale ottomane Istanbul. Charles XII voulait profiter du manque de troupes en garnison dans la capitale pour forcer le sultan Ahmet III à se rendre. Mais ce dernier confia la défense de la ville à Numan Köprülü, un kaymakam albanais assez remarquable tacticien. Istanbul par chance permettait une défense assez aisée contre une attaque terrestre. En effet, placée sur la Corne d'Or et entourée par la mer, la ville offre une ligne défensive le long d'un mur fortifié. L'infanterie ottomane était certes peu nombreuse mais elle put ainsi se permettre de garder les remparts en utilisant les canons de défense. Ils craignaient peu les suédois car les canons de 2 livres de ces derniers s'avérèrent peu utiles contre les enceintes, les endommageant à peine, notamment celle de Nils Stromberg (7ème régiment), spécialiste de la guerre de siège qui pensait au moins leur donner un effet psychologique, tandis que Lars Hierta (6ème) et Axel de la Gardie (4ème), plus audacieux, emmenèrent les leurs vers les portes de la cité afin de tirer dessus à bout portant et créer des orifices. Les trabants du 6ème régiment furent bien mal placés et utilisés car à bonne distance des canons de défense, ils se firent décimés. Lars Hierta fut d'ailleurs tué d'un éclat de boulet de canon. Les indeltas grimpèrent les murs tandis que les grenadiers restaient en bas à forcer les portes. Celles-ci ne furent pas bien gardées et les quatre régiments restants de cavaliers y pénétrèrent, tandis que les indeltas étaient parvenus à passer de l'autre côté des remparts où les ottomans avaient quitté pour bon nombre d'entre eux leur poste depuis déjà un moment. Köprülu leur avait ordonné afin d'attirer les suédois dans la ville. Il posta des hommes à différents endroits afin de tirer à vue tandis que toute la cavalerie ottomane gardait les cinq régiments de canons 9 livres dans un périmètre de plusieurs centaines de mètres. Mais les cavaliers turcs furent harcelés à tant d'endroits qu'ils ne purent protéger tous les canons qui, bloquant plusieurs rues de la ville, tiraient à mitraille sur tout ennemi s'en approchant. Mais cela fut peu efficace pour faire reculer les suédois malgré quelques morts et plus de 30 canons furent mis hors d'état. Enfin, la cavalerie ottomane qui s'était réduite, parvint à avoir le soutien des piyade topçu de Köprülü aux effectifs encore suffisants qui s'étaient regroupés en un seul contingent, et c'est ainsi que les ottomans purent refouler les suédois hors de la ville.


Dernière édition par Maître-du-jeu le Mer 31 Déc - 9:18, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Maître-du-jeu
Dieu
Dieu
avatar

Nombre de messages : 19709
Date d'inscription : 08/05/2008

MessageSujet: Siège de Sébastopol (novembre 1708)   Ven 6 Déc - 11:41



Bélligérants (unités engagées / unités perdues / unités restantes) :
Russes : 1.720 (1 régiment) / 640 / 1.080
Ottomans : 3.000 (1 régiment) / 1.610 / 1.390
Issue : Victoire russe

Le Kaymakam Topal Osman Pasha avait reçu l'ordre par le sultan ottoman Ahmet III de reprendre Sébastopol aux russes. Spécialiste de la guerre de siège et commandant un régiment presque deux fois plus nombreux en hommes que son ennemi, il avait néanmoins comme gros handicap le fait de n'avoir aucune artillerie dans son 8ème régiment afin de pilonner des remparts encore neufs, la cité ayant été prise sans combat par les russes quatre mois auparavant. Certes ses cinq bataillons de akinçis, intrépides cavaliers, pouvaient lui être utiles mais encore fallait-il que son infanterie puisse parvenir à forcer les portes de la ville ou à passer au delà des remparts pour laisser la voie libre à ceux-ci. Mais le colonel-général russe d'origine écossaise Jacob Daniel Bruce, arrivé dans la cité par bateau il y a quelques semaines, prit le commandement du 1er régiment qui était en garnison et organisa la défense de façon méthodique. Son bataillon d'obusier 6 livres, gardé par des piquiers russes fit depuis la ville de considérables dégâts sur les infanteries ottomanes qui avançaient vers les enceintes de Sébastopol, au point que cela pesa lourdement dans la bataille lorsque ces dernières affrontèrent la garnison russe protégeant la ville du haut des remparts. Les cuirassiers russes, par des raids risqués, sortirent de la cité pour éradiquer toute avancée de l'ennemi vers des zones moins bien défendues. Cela s'avéra être efficace malgré de nombreuses pertes. Les redoutables gardes du corps russes, restés en réserve, prêtèrent main forte aux infanteries de lignes pour refouler avec succès tous les piyade topçu qui avaient osé prendre d'assaut les murs de Sébastopol. L'artillerie russe n'avait été nullement inquiétée tout comme sa garde de piquiers. Elle causa bien trop de dégâts sur l'ennemi, ce qui contraint Topal Osman à se replier. Finalement, les ottomans n'avaient eu à aucun moment la possibilité réelle de pénétrer dans la ville et les pertes étaient bien trop nombreuses, représentant bien plus du double de celles russes. Jacob Bruce pouvait célébrer sa victoire car elle était très nette et indiscutable.


Dernière édition par Maître-du-jeu le Mer 31 Déc - 9:19, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Maître-du-jeu
Dieu
Dieu
avatar

Nombre de messages : 19709
Date d'inscription : 08/05/2008

MessageSujet: Prise de Istanbul (novembre 1708)   Ven 6 Déc - 15:29



Bélligérants (unités engagées / unités perdues / unités restantes) :
Autrichiens : 3.780 (2 régiments) / 1.740 / 2.040
Ottomans : 1.379 (1 régiment + 8 bataillons) / 869 / 1.003
Français : 2.820 (1 régiment) / 2.300 / 520
Issue : Victoire autrichienne

Joseph Ier avait décidé suite à l'échec de ses alliés suédois d'attaquer Istanbul sans plus tarder afin de contraindre Ahmet III à la paix, au cas ou la ville tomberait sous sa coupe. Il lança donc sur la capitale turque deux des trois régiments autrichiens qui avaient triomphé à Slobozia au mois d'août. L'un commandé par l'austro-suisse Bürkli, l'autre par d'Aspremont-Lynden. Mais Ahmet III avait entre temps reçu en renfort le 6ème régiment français de Hainaut, mais qui était sans commandant. Bürkli joua la carte de la prudence et de l'attente de manière à faire sortir les troupes franco-ottomanes de leur cachette. Les trente canons 3 livres certes peu puissants tirèrent sur les remparts de Istanbul pendant toute une journée jusqu'à épuisement des munitions. C'est à la tombée de nuit qu'enfin plusieurs infanteries françaises tentèrent par petits groupes d'effectuer une sortie. Mais les cuirassiers autrichiens et hongrois placés aux ailes et appuyés par des dragons eurent raison de ces inconscients. L'assaut fut donné pendant la nuit par d'Aspremont Lynden. Les troupes françaises tout comme celles ottomanes manquèrent cruellement de cavaliers pour effectuer des sorties et étaient de plus assez désorganisées. La garnison hétéroclite eut bien du mal à contenir les assauts donnés par les troupes autrichiennes bien plus lourdes et davantage adaptées à une guerre de siège. Le corps des marines ottomans protégea vaillamment pendant trois jours le quartier du palais de Topkapi où se trouvait le sultan, mais devant l'encerclement des autrichiens ils ne purent que donner leur reddition. C'est Ferdinand Gobert d'Aspremont-Lynden qui entra le premier dans Topkapi avec quelques dizaines de cuirassiers, exhortant le sultan à se rendre en personne avec sa suite et en lui garantissant qu'aucune offense ne serait faite à sa dignité. Ahmet III se rendit donc sous bonne escorte en direction du Palais de Dolmabahçe qui avait été emménagé par Bürkli et transformé en quartier général. Malgré quelques vélleités de résistance qui durèrent près de 2 jours, tous les soldats ottomans déposèrent leurs armes. La flotte ottomane qui était à quai et forte de trois navires de guerre, fut également saisie par les autrichiens. Désormais, Ahmet III devait traiter avec ses ennemis qui pouvaient lui imposer la paix.


Dernière édition par Maître-du-jeu le Mer 31 Déc - 9:24, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Maître-du-jeu
Dieu
Dieu
avatar

Nombre de messages : 19709
Date d'inscription : 08/05/2008

MessageSujet: Bataille de Grächen (janvier 1709)   Lun 9 Déc - 21:13



Bélligérants (unités engagées / unités perdues / unités restantes) :
Saxons : 2.320 (1 régiment) / 1.410 / 910
Portugais : 2.470 (1 régiment) / 1.850 / 620
Issue : Victoire saxonne

Depuis la déclaration de guerre portugaise à l'Autriche en juillet 1708, le 1er régiment du brigadier des armées du roi João de Sousa, 3ème Marquis de Minas, n'avait osé pénétrer sur le territoire autrichien pour gagner Salzbourg et avait finalement prit ses quartiers d'hiver à la fin de l'année dans le canton suisse du Valais. Mais le 2ème régiment « Weimar » saxon de von Kyaw eu l'ordre de traverser le Tirol et d'attaquer les portugais sur le territoire suisse. C'est à Grächen qu'eut lieu l'affrontement. Malgré une plus grande expérience, le Marquis de Minas fut vaincu par des troupes saxonnes dont les raids de hussards mirent à mal ses vaillantes troupes et le contraignit à se retirer chez son allié le duc de Savoie.


Dernière édition par Maître-du-jeu le Mer 31 Déc - 9:25, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Maître-du-jeu
Dieu
Dieu
avatar

Nombre de messages : 19709
Date d'inscription : 08/05/2008

MessageSujet: Paix de Arad (juin 1709)   Ven 3 Jan - 9:53

La Paix de Arad clos définitivement ce conflit et ce pour 5 années au moins.
L'Empire Ottoman doit céder les villes de Belgrade à l'Autriche et de Sébastopol à la Russie et perd toute sa flotte de guerre. Le recul territoire des Turcs dans les Balkans ainsi que sur le nord de la mer Noire est important car la perte est de 12 provinces. Le sultan Ahmet III doit reconnaître la suzeraineté de l'empereur autrichien sur tous les royaumes qui la compose. La Suède quant à elle obtient le remboursement des pertes de guerre plus un dédommagement de frais de guerre.
En contrepartie, Ahmet III est libéré et les villes de Istanbul et Durazzo restituées à l'Empire Ottoman.

De leur côté, la Saxe, l'Autriche et le Portugal signent la paix.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Historique   

Revenir en haut Aller en bas
 
Historique
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» PROJET Warhammer historique : GUERRE de 100 ans
» Wargame historique : DBA
» Le 28mm historique !! maintenant c'est du plastique !!
» recherche pour avoir une armee a theme historique
» Historique, objet et esprit de ce forum

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Alliance  :: Vie Politique :: Archives :: Informations - La Gazette :: Guerre anti-ottomane (mars 1708-juin 1709)-
Sauter vers: